CES PETITS DETAILS QUI NOUS EMPÊCHENT DE BIEN VIVRE

Une Paranoïa nocive :

La paranoïa dans le sens le plus répandu du terme est souvent utilisée pour désigner les personnes qui pensent être persécutées. On est paranoïaque quand on pense qu’il y a des personnes dans l’ombre qui veulent nous faire du mal. Être paranoïaque peut résulter d’une trahison, d’une humiliation, de la perte d’un être cher… cet état de fait nous empêche de nouer des liens forts avec autrui, de faire confiance aux gens, on se replie sur nous-même pensant être seul contre le monde. Il n’est pas nécessaire de préciser que vivre en pensant que tout est contre soi n’est pas reposant du tout.

Conseil : C’est pas facile à accepter certes, mais ce n’est pas en se fermant aux gens, en s’isolant qu’on trouve la paix, c’est en aimant et en étant aimé de son entourage. La joie qui nous anime quand on sait qu’on a contribué au succès d’un proche, ou de voir simplement ce proche réussir peut contribuer à raviver cette flamme. Être parano nous amène à chercher des problèmes partout, même là où il ne devrait pas y en avoir, la paranoïa nous conduit à nous méfier des gens qui ne veulent que notre bien, à voir le coté négatif des gens au lieu de se focaliser les bonnes choses que ces personnes peuvent apporter à notre vie.

Un égo surdimensionné :

Sans trop vouloir entrer dans un délire psychologique, disons que l’égo est cette partie de notre esprit qui exerce une forte pression sur nous, qui nous pousse à nous redéfinir constamment, et dans la plupart des cas, cette représentation qu’on se fait de nous-même est fausse. On ne se voit pas comme on est, mais plutôt comme on voudrait être. Cette situation mène très souvent aux conflits, l’égo nous pousse à penser qu’on connait tout alors qu’en fait non on ne peut pas tout savoir, il nous pousse à penser qu’on a raison même si on a tort, et on refuse quand même d’admettre car l’égo nous en empêche, il nous pousse à avoir une fierté mal placée, créant des tensions entre nous et nos proches voire même le rejet ou l’exclusion du groupe.

Conseil : Apprendre à se connaitre soi-même peut empêcher l’égo de nous donner une fausse image de nous, l’égo en soi n’est pas une mauvaise chose, en nous redéfinissant constamment de manière juste, on apprend à nous affirmer en tant que personne, tout se passe bien tant qu’on garde le contrôle sur notre égo, il faut aussi avoir l’humilité et la maturité nécessaire pour reconnaitre quand on a tort et avoir un esprit ouvert sur l’avis des autres et leur donner raison. Avoir la capacité à voir le monde selon les yeux de son prochain pour mieux le comprendre car le plus souvent l’égo nous rend aveugle vis-à-vis des autres.

Une forte réactivité :

La réactivité est cette habitude qu’on a à réagir face aux situations qui nous arrivent, face aux comportements des personnes qui nous entourent, la plupart du temps de façon négative. Une personne réactive ne décide pas vraiment de comment elle doit se sentir, son humeur dépend de comment les autres se comportent avec elle. Elle peut planifier des dizaines de trucs positifs sur toute la journée, mais le fait de se faire crier dessus, de subir des moqueries de la part de ses pairs, ou un imprévu de météo peut l’amener à se sentir de mauvaise humeur au point de tout abandonner. Devenir réactif nous conduit à donner le pouvoir qui nous anime à autrui, à donner aux situations, au temps, aux personnes le pouvoir de décider de comment est-ce que nous devons nous sentir. En gros Lorsqu’on est hyper réactif on ne décide pas de comment on se sent, on réagit surtout à ce qui nous arrive. On agit plus, on ne crée pas, mais on au contraire on subit, et on réagit.

Conseil : Il y a un proverbe qui dit « La douleur est inévitable, mais en souffrir relève de notre choix ». On ne doit pas se laisser influencer parce que les gens pensent de nous ou pas, le mieux que l’on puisse faire est de ne plus laisser le contrôle de notre vie à des tiers, on doit tous prendre le contrôle et se faire à l’idée qu’on est responsable de ce qu’on ressent ou pas. Notre joie de vivre on doit se la procurer nous-mêmes, sans attendre qu’une autre personne ne nous fasse nous sentir bien. Ne pas se laisser intimider par les jugements négatifs. Se fixer des principes, des valeurs, des objectifs et se juger soi-même en fonction de ces éléments. On n’avance pas si on réagit négativement ou si on se fie tout le temps à ce que les gens pensent de nous, il ne faut pas ignorer les critiques, mais il ne faut pas non plus qu’elles nous fassent dévier de notre chemin, être sélectif et ne prendre que ce qui servira positivement.

Essayer de tout de planifier et contrôler :

Il est certes bien de planifier sa journée, ses activités voire même sa vie, mais il faut tout de même souligner que même si on a besoin d’organisation dans sa vie, il faut quelquefois apprendre à « lâcher du leste« . Cette règle est d’autant plus importante quand on évolue en groupe, chaque être humain évolue à son propre rythme, a ses propres envies, pense de manière différente. Il serait pénible d’avoir les mêmes attentes envers tout le monde, d’imposer le même rythme à tout le monde en se basant sur sa seule compréhension du monde. Chaque individu est un cas à part, on a tous dû remarquer au moins une personne qui se plaint toujours en accusant ses collègues, ses proches…de ne pas avancer au même rythme que lui, ou de ne pas faire les choses aussi bien, créant par la suite des conflits qui sont largement évitables. Essayer de planifier des vacances de groupe dans son intégralité revient à contrôler les vacances des autres, sachant qu’à un moment ou à un autre ils risquent de s’éloigner pour s’intéresser à leurs propres hobbys, le plus souvent on se plaint de la personne qui ne fait rien d’autre que de profiter de ses vacances, après tout ces personnes sont là pour profiter de leurs jours de repos, pas pour suivre un planning qui ne leur convient pas.

Conseil : On doit tous arrêter de croire qu’on doit contrôler la vie des autres, et à la place essayer de comprendre leurs besoins, on marche tous sur notre propre rythme, et on a des besoins qui peuvent différer les uns des autres. La meilleure chose à faire est de laisser à ses proches, à ses collègues une certaine marge de liberté et d’action dans laquelle ils peuvent s’épanouir c’est dans ces moments, quand ils sont vraiment en possession de tous leurs moyens qu’ils peuvent s’épanouir et nous aider à nous sentir bien. Profitez de la vie avec vos proches et laissez-les être la meilleure version d’eux-mêmes, ne les forcez pas à être comme vous, personne n’est parfait.

Un manque de confiance en soi :

Ceci est sans doute le problème le plus fréquent dans la mesure où le manque de confiance en soi peut être symbolisé par tous les petits défauts cités jusque-là, le manque de confiance en soi peut se traduire par un grand doute sur notre personne, on doute de nous, de capacités, de notre futur, de notre potentiel, et l’immense sacrifice qu’on va devoir faire pour réussir. Tous les aspects cités en haut résultent d’un manque de confiance en soi.

Conseil : Il ne faut pas avoir peur de découvrir qui on est, de ce qu’on est capable de réaliser quand on s’y met vraiment. Apprendre à faire confiance aux autres, mais pour cela il faut déjà qu’on apprenne à nous faire confiance nous-mêmes, il faut qu’on s’aime afin de pouvoir aimer les autres proprement.

Quoi que cela implique, dans cette vie, le travail doit commencer par soi-même. Toujours se remettre en question pour pouvoir tirer le meilleur de nous-même, et enfin laisser nos proches découvrir cette version de nous. La vie est courte, et on en a qu’une, alors ne la gaspillons pas à cause de détails qui nous la pourrissent.

Rédigé par: Elhadj Ousmane Diallo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s