République de Guinée : les dessous d’un manque d’identité nationale

Dans cette période trouble que traverse la République de Guinée, une période où l’ethnocentrisme bat son plein, la division sociale est plus que constatable, on arrive à la sentir dans les rapports avec nos prochains, dans les discours qui sont tenus sur les réseaux sociaux, dans le langage des politiques qui comptent sur une dissension entre membres du syndicat, la société civile, les partis politiques, les ethnies…pour faire valoir leur domination. A l’aube de cette lutte pour empêcher le parti au pouvoir de briguer un troisième mandat, une brise de patriotisme souffle dans la conscience des jeunes guinéens qui militent, qui manifestent pour assister à l’avènement de l’ère de l’alternance politique en république de Guinée.

Mais force est de constater que cet élan de patriotisme ne fait pas tout à fait l’unanimité, certains accusant le mouvement de défense de la constitution d’opportuniste et manipulée par les leaders de l’opposition. Tant de division qu’au final personne ne sait qui croire, tous ces facteurs m’interpellent de plusieurs façons, mais à chaque fois c’est la même question qui me taraude l’esprit, on a enfin une cause commune, un objectif pour améliorer les conditions démocratiques de notre nation, mais pourquoi en partageant une noble cause commune on reste tout de même divisés ? J’y ai beau réfléchi, la réponse qui me semble plus pertinente, celle qui me parle le plus c’est L’IDENTITE NATIONALE.

On se plaint tout le temps, « en Guinée, les politiques font ce qu’ils veulent, les étrangers viennent chez nous et font ce qu’ils veulent, il n’y a pas de loi, ou du moins pas de respect vis à vis de ces lois, … ». La moindre des choses que l’on puisse dire c’est que le pays est en grand désordre. Qu’est-ce qu’une question d’identité nationale a à faire dans tout ceci ? D’abord on n’en a pas nous, elle est inexistante. Que ce soit par les politiques, la société civile, tous les acteurs de la vie sociale, culturelle, politique…on n’entend personne parler, faire la propagande à propos d’une quelle conque valeur républicaine, insistant sur notre souveraineté. Qu’est-ce qu’être un guinéen ? Qu’est-ce que nous valorisons de plus ? Quels sont les comportements qui sont dignes/indignes de la part d’un guinéen ? Sommes-nous attachés à une langue nationale en dehors du Français pour favoriser notre unicité ? Les valeurs républicaines/civiques/culturelles se reconnaissent en quoi ?… Tout un tas de question sur notre identité qui reste sans réponse, car on n’en voit jamais des débats télévisés portant sur la question de l’identité nationale, aucune opinion publique ne semble s’y intéresser, on est trop portés sur qui gouverne et comment, alors qu’on ne peut juger qu’en fonction des valeurs républicaines qui doivent normalement trotter dans la tête de tous les citoyens. Notre devise on la connait : Travail-Justice-Solidarité. On pourrait croire que ce sont jute des mots, qu’aucune valeur ne s’y attache, quand on voit l’état du pays.

On ne peut pas continuer à se plaindre en accusant un groupuscule de démagogues en toute logique, si nos valeurs républicaines ne sont pas mises en avant, si chacun savait ce que veut dire, et agir comme un bon guinéen, il ne serait plus question de calomnier sur les autres, tout ce que les gens auraient à dire serait « tu agis à l’encontre des valeurs républicaines, ce n’est pas comme ça qu’on le fait chez nous. Quand tu es en Guinée en s’attend à ce que tu te conduises de cette façon ».

Bref tout ceci est pour dire qu’on n’arrivera pas à une unité nationale, si on ne s’identifie pas à notre république. Tout le monde s’accroche à son ethnie et à sa langue parce qu’il n’y a pas une langue nationale, la population est ethnocentrée parce qu’il n’y a pas de support républicain faisant la promotion non d’une conduite peulh, malinké, soussous, guerzé, mais une conduite nationale valable pour tout le monde, un sens moral et civique partagé par tous les citoyens, on ne s’identifierait plus à une ethnie mais plutôt à une république, le manque de cohésion sociale devrait disparaître petit-à-petit si on prône cette unicité. Il n’y a aucun mal à s’identifier à son ethnie, les valeurs culturelles qu’on y reçoit sont des ressources remarquables, mais s’identifier à sa nation est un cas de force majeure à ce moment critique que traverse notre pays, et l’embrassade de différentes cultures peut créer un effet synergique impressionnant. Le débat sur l’identité nationale du guinéen doit être en perpétuelle discussion, elle ne doit pas être fixe, elle doit se renouveler autant de fois que c’est nécessaire. La survie de notre patriotisme est en jeu. Après tout on est divisés parce qu’on a pas une identité nationale, alors à quoi devrions-nous nous référer si on veut agir en bon guinéen?

Elhadj Ousmane Diallo

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s